Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si vous croyez que l'affaire d'Outreau, c'est l'histoire d'enfants menteurs et d'adultes innocents, vous faites erreur. L'affaire d'Outreau est un SCANDALE qu'il faut faire éclater. 
Entre la Vérité et la justice, il y a un fossé... On parle toujours des "acquittés d'Outreau", jamais des gamins victimes. Car 12 enfants ont été officiellement reconnus victimes, et beaucoup continuent à se battre pour que la vérité éclate. 

Si vous n'avez jamais entendu l'"autre vérité" sur Outreau, je vous propose (en introduction) un court résumé en vidéo: la bande annonce du documentaire "Outreau, l'autre vérité". 

L'affaire d'Outreau, c'est avant tout une parodie de justice au cours de laquelle les enfants ont été mis plus bas que terre.
C'est aussi un juge (le Juge Burgaud) qui a été jeté en pâture, trainé dans la boue, accusé de tous les maux. Bouc-émissaire qui a servi de parachute, d'écran de fumée. Pour détourner le scandale, pour inverser les rôles dans l'esprit du "public". 
L'affaire d'Outreau, c'est l'histoire d'une manipulation médiatique hors norme. 
C'est surtout l'arbre qui cache la forêt...

 

36 adultes ont été incriminés dans cette affaire. La moitié d'entre eux n'a même pas été poursuivie. De la même manière et avec les mêmes excuses, de nombreux enfants ont été écartés de la procédure. 

Pourtant, parmi les 50 enfants concernés, 12 enfants ont été officiellement reconnus victimes de viols et indemnisés par la justice. Ils ont reçu en moyenne 30 000 Euros chacun (une paille comparée aux millions d'Euros qu'ont obtenus les "acquittés").
Comment un réseau "qui n'existe pas" aurait-il pu faire des victimes?
Pourquoi et comment ces enfants victimes ont-ils été ignorés, et même humiliés par la société? Comment ce scandale a t'il été étouffé? Et surtout pourquoi? 

 

Voici un résumé des témoignages recueillis dans le documentaire de Serge Garde (qu'aucune chaîne de télé n'a accepté de diffuser. Omerta, quand tu nous tiens...)

Kévin Badaoui et Dimitri Delay (les fils des 2 condamnés, Myriam Badaoui et Thierry Delay) ont été officiellement reconnus victimes par la justice. Ils témoignent de ce qu'ils ont subi. Il témoignent des violences, des menaces, ils continuent à affirmer que de nombreux adultes participaient aux "séances" tarifées de viols et de torture. Ils parlent aussi de tous les autres enfants, des nombreuses victimes du réseau. Ils persistent dans leurs accusations, envers et contre tous.  

Pierre Joxe (ancien ministre, ancien membre du conseil constitutionnel, et avocat bénévole des enfants) défend lui aussi les enfants et accable les "acquittés". Il affirme lui aussi que tous les témoignages d'enfants concordent, et que les acquittés se sont d'abord accusés et dénoncés entre eux. Il n'a aucun doute sur le calvaire enduré par les enfants. 

 

Mme Dejehansard (psychologue, experte devant les tribunaux)relate le comportement des enfants qu'elle a examinés, et n'a aucun doute sur le calvaire qu'ils ont enduré. Elle explique comment son travail a été saboté, comment elle a été discréditée et humiliée lors du procès. Elle parle de son combat pour les enfants. Comme Don Quichotte, elle s'est battue contre des moulins à vent...
"La cour" a mandaté d'autres experts "en urgence", pour essayer de la disréditer. Ces nouveaux experts ont conforté les conclusions de leur collègue, confirmant son diagnostic: les enfants ne 'fabulent' pas, ils disent la vérité, ce sont eux les victimes. Les contre-expertise confirment les premières expertises. Mais qu'à celà ne tienne... Les "nouveaux experts" sont à leur tour trainés dans la boue, ridiculisés, traités d'incompétents... 
Experts et "contre-experts" reconnaissent avoir été complètement déstabilisés, désarçonnés par cette situation hors norme. Ce sont eux qui se sont retrouvés accusés!! 

Christine Condamin (une des expertes citée au procès) l'affirme: tout a été fait pour ignorer la parole des experts psychiatres qui ont entendu les victimes. Elle explique que la présidente de la cour d'assise a lu ses rapports d'expertise en riant, se moquant ouvertement de l'experte sous les rires des avocats!! 

Ces professionnels chevronnés ont été totalement dépassés, stupéfaits de cette parodie de justice qui les traitait comme des coupables (les enfants comme les experts) pendant que les vrais accusés étaient épargnés... 

A propos des enfants... Victimes d'actes odieux, ils ont été placés dans le box des accusés, au sens propre du terme!! Comble de l'horreur, pendant le procès, les accusés ont été placés dans le public, et les enfants dans le "box des accusés"!!! Sous des pretextes "logistiques", les accusés étant "trop nombreux"!!
Une scène surréaliste. Une inversion des rôles qui donne la nausée!!
Des enfants victimes, installés dans le box des accusés, confrontés au regard de tous: dès le début du procès, on avait déjà atteint les sommets de l'horreur... 

Les repères sont brouillés, le procès complètement déséquilibré. 19 avocats plaident pour les accusés. Seulement 2 avocats pour les enfants...  
Didier Wallet, capitaine de la brigade des mineurs de Boulogne-sur-mer, apporte également son témoignage. Lui non plus n'a aucun doute sur la véracité des accusations des enfants. Il souligne que les versions des enfants concordent toutes parfaitement. 

Les enfants étant placés dans des familles d'accueil, ils n'avaient aucun moyen de communiquer, de se "concerter". Ils portent pourtant les mêmes accusations, racontent les mêmes horreurs, désignent les mêmes personnes (agresseurs et enfants victimes). 
Au total, plus de 50 enfants seront identifiés lors de l'enquête, ils incriminent 36 adultes. 

Le juge Burgaud témoigne également. Il explique qu'il n'a ni minimisé les faits, ni pris les accusations des enfants "pour argent comptant": il a fait son boulot.
Et de nombreux magistrats soulignent la qualité de son travail. En récompense, il a été trainé dans la boue, et même jugé dans un "procès" surréaliste. 

Philippe Muller (qui était substitut du procureur de Douai) confirme que dans un premier temps,  les accusés avouaient et s'incriminaient mutuellement.
Ils dénoncaient même d'autres personnes qui n'étaient pas encore impliquées, ajoutant de nouveaux noms, multipliant les aveux, les détails et les faits précis... Jusqu'à ce brutal changement de stratégie: ils ont décidé de ne plus s'enfoncer mutuellement, mais au contraire de se défendre les uns les autres, de faire front commun. Avant que les accusés fassent "bloc", le procès semblait perdu d'avance... 

Mais ils ont radicalement changé de position, "du jour au lendemain". Après les accusations mutuelles et répétées (mais non médiatisées), sont venues les rétractations... Changement de stratégie, virage à 180°: ils se soutiennent les uns les autres, ils font "bloc", s'innocentent mutuellement. Ils ont tous changé leurs discours, pour adopter une stratégie commune. Ils se posent en témoins de probité des autres et se prétendent mutuellement innocents!!  

Philippe Muller explique qu'il a épluché les milliers de pages de l'affaire d'Outreau, qu'il a recoupé tous les témoignages (ceux des enfants et des témoins, mais aussi les aveux des accusés), et il affirme que tout concorde. Il salue le travail du juge Burgaud, ce juge que la presse a traîné dans la boue (pour ne pas dire dans la merde). Il déplore que l'affaire d'Outreau soit devenue le procès du juge Burgaud (qui a du subir de nombreuses attaques personnelles, mais dont l'enquête n'aurait jamais été remise en question).
Le scandale d'Outreau a été éscamoté, détourné, retourné contre les victimes, les experts et les magistrats!! Le substitut du procureur estime que le Juge Burgaud a été livré en pâture parce que le dossier d'accusation était inattaquable!! 

L'avocate de Myriam Badaoui, elle même, reconnait que le dossier était indéfendable, que tous les éléments étaient à charge contre les accusés. Elle le reconnait: les 19 avocats de la défense se sont ligués contre les enfants, contre les experts psychiatres, contre le juge... Les attaquer et tenter de les discréditer était la seule stratégie de défense possible, une stratégie "implacable". C'est l'avocate de Badaoui qui s'en vante. Elle avoue qu'ils ont exploité toutes les stratégies possibles (même les plus immorales) pour faire acquitter leurs clients. L'un d'eux, pour se moquer d'une des victimes, lui a demandé s'il avait été violé par des extra-terrestres!! 
Les avocats se contrefichaient de la vérité, elle le dit clairement. Tous les moyens étaient bons pour défendre les accusés et les faire acquitter. 
Elle reconnait avoir traqué la moindre faille dans les témoignages des enfants pour les acculer. Elle suggère que les accusés étaient tellement indéfendables que leurs avocats ont choisi de harceler les enfants victimes!!! Elle explique comment les 19 avocats ont poussé les enfants à l'erreur, comment ils ont persécuté les enfants pour qu'ils s'emmelent les pinceaux, pour les amener à se contredire sur des détails traumatisants et anciens, pour créer des brèches dans lesquelles ils se sont engouffrés...
"Rien n'a été épargné aux enfants" dit un témoin.
Dans le box des accusés, ils ont été traités de menteurs, et ont subi le feu des interrogatoires des 19 avocats des accusés. 
Face à un dossier d'instruction sans faille (selon l'aveu d'une avocate de la défense), acculés, les avocats ont choisi de désorganiser le procès, de le saboter, multipliant les attaques personnelles, s'acharnant à discréditer, à semer le doute (qui profite à l'accusé). 

Et pour enfoncer le clou, pour occulter définitivement les milliers de pages du dossier, la défense s'offre la complicité des me(r)dias. 

Les 19 avocats des accusés se relayent pour s'exprimer devant les caméras, en violation de leur devoir de "publicité restreinte". Les victimes sont jetées en pâture. Les professionnels (experts comme magistrats) sont taillés en pièces. La propagande bat son plein...  Les avocats des accusés font tout pour faire oublier le dossier d'instruction, ils créent des écrans de fumée pour occulter les faits. La vérité ne compte pas, la justice encore moins: l'important, c'est de remporter la bataille médiatique, de gagner l'intime conviction des spectateurs.

Les médias ont ouvert aux défenseurs des accusés une tribune inouïe, et illégale (le procès était en cours!!)
A la télé comme dans la presse, bien avant le verdict, on plaint tous les jours les "pauvres innocents d'Outreau", on remet en question la parole des enfants... 
Une fois de plus, l'opinion publique a été désinformée, manipulée, pour servir de moyen de pression. 

Les dés sont jetés. Bien avant le verdict. Les victimes de l'affaire d'Outreau, ce sont les accusés. Qu'on se le dise!!!

Jean Michel Decugis, journaliste pour 'Le point', s'étonne de la décontraction des avocats de la défense à l'audience. Malgrè la gravité et la concordance des charges retenues contre leurs clients, ces avocats l'ont joué "tranquille", comme si la "cause" était gagnée d'avance.  

La parodie de justice a atteint son apogée quand les avocats de la défense ont renoncé à plaider!! Vous avez bien entendu: les avocats des accusés n'ont même pas plaidé en appel, tellement l'affaire était gagnée d'avance!!
Le procès en appel a tellement été à décharge que les 19 avocats de la défense ne se sont même pas fatigués à pondre une plaidoirie, la messe était dite, les milliers de pages de l'affaire d'Outreau reléguées au placard, la scandaleuse décision avait déjà été prise bien avant le début des délibérés... 

L'avocat général avait demandé l'acquittement général!! Et le procureur de Paris s'était invité à l'audience pour présenter des excuses aux accusés, avant même que les jurys ne se retirent pour délibérer!! Une faute grave qui ne lui a valu aucune sanction, il a même été promu... Ce procureur a même osé demander à la présidente de la cour d'assises que le délibéré soit court, qu'il dure moins de 3 heures, pour que le verdict puisse être annoncé au journal de 13 heures!!! 

Les acquittés sont sortis du palais de justice sous les applaudissements du public, traités en héros. Des excuses ont été réitérées publiquement par le ministre de la justice et par le président de la République (Jacques Chirac). Ils ont été largement indemnisés (10 fois plus que les victimes). 

Rappelons aussi que "l'affaire d'Outreau" a fait jurisprudence, et qu'elle a crée un précédent: la parole des enfants est remise en question. Les enfants victimes d'abus sont maintenant 'soupçonnés' de mentir... Ce nouvel état de fait a permis d'enterrer de nombreuses affaires de réseaux pédophiles (comme l'affaire Amidlisa). 

Rappelons enfin que Sarkozy a utilisé l'affaire d'Outreau pour obtenir la suppression des juges d'instruction... 

Je tiens à remercier sincèrement tous les hommes et les femmes qui osent parler et témoigner. Victimes, témoins, magistrats, enquêteurs... Je tiens à leur dire tout mon respect pour leur courage, leur probité, et leur altruisme.   

 

Pour en savoir plus sur les réseaux pédophiles protégés par les élites, c'est ici (Affaires Dutroux, Zandvoort, Amidlisa, pédophilie à l'ONU...) .  

Je vous conseille de visionner le documentaire intégral pour entendre les témoignages cités (et d'autres):

 

 

 
3eme procès dans l'affaire d'Outreau: la scandaleuse vérité
Tag(s) : #Réseaux pédophiles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :